IMG00214

Un de plus. Le Salon du Livre est comme le printemps, ou autres événements cycliques : il revient chaque année. Et nous, on doit y aller, sans pouvoir déterminer s'il s'agit d'une chance, ou d'une corvée.

Dans mon cas personnel, c'est surtout une occasion de confirmer que le calendrier fonctionne, et que le temps passe. En 2010, j'allais au Salon pour voir des copains et des copines. En 2017, j'y retourne pour voir des copains et des copines. Sauf que ce ne sont plus les mêmes. Mes connaissances de 2010 se sont depuis longtemps évanouies dans le brouillard du passé. Ceux que je vais voir aujourd'hui sont différents. Qu'y faire ? À moins de laisser couler le sablier à l'envers, il faut bien l'accepter.

Cette année, je suis donc allé voir Monique Le Dantec, peut-être ma future éditrice (je l'espère). J'ai découvert son fiston, très dégourdi, qui m'a fait une interview filmée. Sympa, non ? J'ai vu également Julie-Anne de Sée, Julie Derussy, Clarissa Rivière, Edmonde Permingeat, et l'équipe de Lune Ecarlate. Et quelques autres. Bons moments, et belles photos. Bref, j'ai fait mon Salon.

La question est qu'on se demande de plus en plus ce qu'on fout là. Quand donc irai-je à la Porte de Versailles en tant qu'invité, pour présenter mes bouquins ? Parce qu'en tant que visiteur, je crois avoir fait le tour. J'espère que c'est pour bientôt. Sinon, ma visite annuelle risque de devenir rébarbative pour moi. En clair, je risquerai de ne plus y retourner.