303253460

Le numéro 17 de la collection Cherry O, écrit par Glen Chase, datant de 1975.

THÈME : Cherisse Delissio, dite Cherry O, agent secret américain, se voit confier une nouvelle mission : se rendre au Maroc pour protéger un certain Abdullah. Celui-ci est menacé par la Mafia, car ses terres renferment du pétrole. Cherry O se rend sur place. À peine débarquée à Casablanca, les problèmes se multiplient : elle est même kidnappée et brutalisée. Elle va devoir s’enfuir en plein désert, avec le mystérieux Abdullah.

MON AVIS : Être un amateur de littérature populaire signifie qu’on doit se taper tout et n’importe quoi. Il faut l’accepter. Sinon, mieux vaut consacrer ses loisirs à autre chose. Moi, je le suis. Alors, je me tape tout.

Par exemple, ce numéro 17 de la collection Cherry O. Un machin datant de 1975 et qui traîne chez les bouquinistes, vestiges d’une époque lointaine et révolue. De la série Z ? Oui, simplement parce qu’il n’y a pas de lettre en plus sur l’alphabet. Nul et archi-nul. Lire jusqu’au bout exige de la patience. Pourtant, il faut le faire. Parce que ces trucs se vendaient en ce temps. Il y avait des lecteurs. Le jeter à la corbeille serait donc une erreur.

D’abord, nous nous devons d’être juste : l’auteur est parfaitement conscient de ce qu’il écrit et ne se prend pas au sérieux. Il le fait comprendre dans plusieurs passages. Sans façon, il se contente de remplir son cahier des charges et offre au public ce que ce dernier attendait : une intrigue pas plus bête que d’autres, de l’action, du suspense, et du sexe, beaucoup de sexe. Les descriptions érotiques occupent presque le tiers du texte. C’était ce que cherchaient les lecteurs, c’était pour ça qu’ils déboursaient quelques francs et ils se sentaient satisfaits de la lecture. Contrat rempli. Répétons-le, ça se vendait.

Alors, n’importe quoi ? Pas complètement. Ce bouquin de 1975 nous propose, au-delà de l’intrigue, quelques réflexions sur l’Islam et la culture islamique. Comme ça, sans prétendre à une analyse profonde. Et il faut bien admettre qu’elles résonnent aujourd’hui d’une étrange manière. À l’époque, l’Islam était considéré comme une curiosité amusante. Depuis, nous avons appris que cette religion, apparemment inoffensive, recelait d’autres aspects, bien plus inquiétants. À sa manière, ce roman populaire de série Z nous le disait, déjà. Finalement, même dans le n’importe quoi, on peut trouver quelque chose d’intéressant. Le tout est de se donner la peine de lire.