Une fille de l'Ouest - Gordon D

Le N°6 de la collection western de la Librairie des Champs-Elysées.

THÈME : Nous sommes au Nouveau-Mexique, pendant la Guerre de Sécession, et Hugh Kenzie est un bon éclaireur de la cavalerie. Mais il a deux handicaps : il a des origines sudistes et son frère a rejoint la Confédération en emportant des bons du gouvernement. Son officier lui propose alors un marché : il doit plonger en territoire apache pour rapatrier la fille d'un général, et pour retrouver les fameux bons. S'il accomplit cette double mission, il sera nommé officier. Voilà donc Kenzie en train de chevaucher dans le désert. Il rattrape le détachement perdu, mais les Apaches sont déjà là. Kenzie et les soldats doivent se réfugier dans un ancien village abandonné. Seulement, ils se voient encerclés, et bientôt à court de vivres et d'eau. Comment se sortir de cette situation périlleuse ?

MON AVIS : Le Blogue repart au Far West. Parce qu'on a la passion, et que j'espère que vous l'avez aussi. Le N°6 de la collection est encore signé Gordon D. Shirreffs, un grand, et un auteur prolifique. Vous l'aurez peut-être remarqué, et je vous le confirme : il présente une forte ressemblance avec « Le fanion du poste-frontière ». Même contexte historique et géographique, une intrigue quasi-identique, des personnages très proches. Disons que Shirreffs exploite le canevas. Malheureusement, le niveau n'est pas le même. Moi, en tout cas, j'ai trouvé celui-ci nettement moins bon. Les rebondissements sont moins prenants, les personnages plus pâles. Les Apaches eux-même semblent moins effrayants. Bien sûr, vous me direz que c'est subjectif, mais puisque c'est moi qui chronique...

Pourtant, il y a dans ce bouquin une idée géniale : les héros se réfugient dans une ancienne ville indienne, abandonnée depuis longtemps. Un de ces villages en terrasses sur le flanc des montagnes. Voilà une trouvaille : le décor s'avère prenant. Y a-t-il des fantômes dans cet endroit devenu sinistre alors qu'il abrita longtemps la vie ? Un trésor se cache-t-il dans ces maisons désormais vides ? Et y a-t-il une issue pour échapper aux Apaches qui les encerclent ? Des questionnements doublés d'un symbolisme qui demanderait une étude plus profonde et plus philosophique. C'est cette trouvaille qui justifie qu'on aille, quand même, jusqu'au bout du livre.

Au chapitre des curiosités, on notera que Shirreffs ne se gêne pas pour critiquer la religion avec causticité. Rappelons qu'il est plus difficile d'être mécréant en Amérique qu'en France, la société y étant nettement plus religieuse qu'ici. Ceux qui le font ont donc plus de mérite que nous, et il faut le souligner.

En résumé, pas le meilleur roman de Gordon D. Shirreffs, mais il peut accrocher grâce à cette fascinante ville abandonnée.