61815002_10157453561769306_259761382998671360_n

Un recueil de poésie de Fabienne Schmitt, aux éditions La Lucarne des Écrivains.

MON AVIS : Moment particulier, si j’ose dire, puisque je vais me lancer dans la chronique d’un recueil de poésie. Moi, l’auteur de polars et de science-fiction. Peut-être me considérera-t-on comme ce mécanicien qui voulait faire de l’ébénisterie. Je ne garantis pas le résultat.

En fait, soyons francs, plus que de poésie, je voudrais parler de l’auteure. Fabienne Schmitt, une de ces amies Facebook qui deviennent des amies concrètes. C’est rare, ainsi que le savent tous les usagers des réseaux sociaux. En général, le passage du virtuel au réel se révèle décevant. Là, il fut réussi et enrichissant. Fabienne est désormais une véritable amie, et elle a même corrigé un de mes manuscrits. Voilà l’explication de cet article.

Elle fait donc de la poésie. Elle agit par goût, par passion. En toute franchise, elle avoue ne se revendiquer d’aucune école, d’aucune influence. Simplement, elle écrit ce qu’elle aime. Elle parle de la vie quotidienne, du soleil, des fleurs, de tout ce qui fait une journée. Surtout, elle parle de Paris. Car Fabienne est Parisienne jusqu’à la moelle. Elle le proclame : « Paname, tu es le reflet de mon âme ». Cette ville est la sienne, elle la respire, elle la parcourt. Chaque pavé est un de ses amis.

En dehors de ce sujet, elle écrit sur la condition de femme, thématique qui lui tient à cœur : « Ainsi oui, je suis une femme. » Et puis sur les voyages, les jardins, l’été ou le printemps. Lire Fabienne Schmitt équivaut à emprunter un tapis volant pour aller redécouvrir notre décor de tous les jours. Qu’elle ait choisi de s’exprimer par les vers est sa démarche personnelle.

Au-delà de Fabienne, cet article représente également un modeste soutien de ma part à la Lucarne des Écrivains, petite librairie qui s’efforce de maintenir la flamme dans un contexte de plus en plus difficile. Ces foyers de culture existeront-ils encore dans le futur ? J’ose l’espérer. Comme dit Fabienne : « Demain, l’aube viendra, encore une fois. »