Ma vie sociale n’ayant pas complètement sombré dans le néant, j’ai profité de ce samedi pour me rendre dans le III° arrondissement,

15267762_10154814063079306_2307477016745221088_n

vers la petite rue de Verlomme. Là, à la galerie Art en Transe, se déroulait le Salon de la Littérature Érotique.

Tout de suite, pour ceux que l’intitulé pourrait faire sursauter, précisons qu’il s’agissait simplement de littérature, et qu’il ne s’y passait rien de dangereux pour la société, à moins que parler de livres avec de belles femmes soit de nature à faire s’effondrer la civilisation. Bref, c’était un salon littéraire.

L’organisatrice était Flore Cherry, l’infatigable fourmi qui organise et organise sans trêve ni repos, et à travers tout Paris, des évènements de ce genre, qui permettent à des artistes de s’exprimer alors qu’ils n’en ont, souvent, guère l’occasion. On lui doit beaucoup, à la belle Flore. Recevra-t-elle un jour la reconnaissance et la gratitude qu’elle mérite pour ses efforts ? Pas sûr. Le monde dans lequel nous vivons accorde rarement cela.

Pourtant, ce fut un succès. Ce sera d’ailleurs ma seule réserve : il y avait un monde fou dans une galerie réduite. J’ai passé mon temps à me faufiler pour aller saluer un tel, ou entendre tel discours. Même si tout le monde était sympa, on se prend à regretter une salle un peu plus vaste.

J’ai retrouvé les grands classiques de ces happenings : Flore Cherry déjà citée, Julia Palombe, Octavie Delvaux, Eve de Candaulie, D'Ange Heureux Poète. Malheureusement, et à mon grand désespoir, j’ai raté ma super copine Clarissa Rivière. De quoi gâcher mon week-end ! Mais je me suis consolé. En effet, on nous proposait des défis d’écriture, et pour la première fois, j’en ai gagné un ! Celui organisé par B-Sensory. Le sujet : « Imaginer une relation virtuelle entre deux personnages improbables ». Il faut croire que je ne suis pas si mauvais que je le croyais ! La récompense : trois mois d’abonnement à B-Sensory. Je n’ai pas bien compris de quoi il s’agissait, mais je promets d’aller voir.

L’après-midi fut bien occupé et nous aida à lutter contre le froid envahissant. Espérons que ce genre de réunions va continuer, car nous en avons bien besoin, pour nous distraire, nous rencontrer, et pour garder foi en l’avenir